Campagne 2013

La campagne réalisée en 2013 s’est concentrée sur l’extrémité orientale du site, précisément où le mur d’enceinte vient barrer la racine de l’éperon. Le sondage entrepris a permis d’observer un segment de la muraille de l’Antiquité tardive mesurant 3,30 m de largeur (contre 0,90 à 1,20 m pour les façades situées en bordure de falaise). Différents aménagements ont par ailleurs été repérés intra muros. Une niche, percée dans le parement ouest du mur, vient notamment accueillir une structure de chauffe dont la fonction demeure à l’heure actuelle inconnue.

Cette campagne exploratoire a permis de préciser le caractère défensif de l’établissement fortifié qui apparaît aujourd’hui devoir être envisagé comme une forteresse aristocratique. Elle a posé les bases d’un nouveau programme de recherche pluriannuel qui devrait permettre de préciser les modalités d’implantation et de développement de ce site qui apporte d’ores et déjà des informations de premier ordre sur le phénomène de perchement de l’habitat à la fin de l’Antiquité en Auvergne.

Fig. 5 Fig. 4 Fig. 3 Fig. 2